Grands séminaires OMP septembre 2018

Kerguelen : regards sur 46 000 ans d'évolution d'un glacier: Au cours des dernières décennies, la calotte Cook, sur l'archipel des Kerguelen, a connu des pertes de masse records à l'échelle globale. Malgré le réchauffement de l'atmosphère au milieu de l'océan indien Sud, le retrait glaciaire est principalement conséquent d'une diminution drastique des précipitations au cours des 50 dernières années. Paradoxalement, ce changement climatique est d'origine anthropique et résulte à la fois de l'augmentation des gaz à effet de serre et du creusement du trou d'ozone stratosphérique au dessus de l'Antarctique. Ces changements ont provoqué des variations des conditions de circulation des dépressions qui aujourd'hui passent moins fréquemment au dessus de l'archipel. Malgré la simplicité géographique des lieux et des modes de circulation atmosphérique dans cette région isolée, nous montrons que la modélisation du changement climatique et de ses impacts sur la calotte Cook est complexe, rappelant qu'il est primordial d'observer les projections d'évolution des glaciers avec précaution, à Kerguelen comme ailleurs. C'est pourquoi les données géomorphologiques et paléoclimatiques collectées sur l'archipel apportent des contraintes sur le recul futur des glaciers en replaçant les processus actuels dans une perspective spatio-temporelle plus large. Nous retraçons ici 46 000 ans d'histoire des principales avancées de la calotte et les replaçons donc un contexte de changement climatique hémisphérique, montrant que le contrôle de l'aridité sur la perte de masse de la calotte est certainement récent. Les grandes avancées historiques du glacier ont plutôt été contrôlées par des refroidissements océaniques régionaux. La machine climatique dans l'océan Indien est-elle déréglée? S'agit-il simplement d'un problème d'échelle? La question reste ouverte mais le recul futur de la calotte Cook, par contre, paraît clair et irréversible.

Enregistré le : 18/09/2018

Intervenant(s) : Vincent Favier: Physicien à l'Institut des Géosciences de l'Environnement
Vincent Jomelli chercheur CNRS au Laboratoire de Géographie Physique Pierre Birot

Réalisation : Direction de la Communication. Universit? Toulouse 3

Vidéos associées